REF : 0760623211169

EGMONT, INTEGRALE DE LA MUSIQUE DE SCENE OP.84

Quelles sont les musiques de scène classiques, romantiques ou des débuts de la musique moderne qui nous viennent encore spontanément... Lire le descriptif

Disponible le 15/02/2019

Prix Cultura
 
19,99 €

Descriptif

Quelles sont les musiques de scène classiques, romantiques ou des débuts de la musique moderne qui nous viennent encore spontanément à l’esprit ? Le Songe d’une nuit d’été de Felix Mendelssohn Bartholdy, Peer Gynt d’Edvard Grieg, les suites de L’Arlésienne de Georges Bizet - et éventuellement aussi Rosamunde de Franz Schubert, Beaucoup de bruit pour rien d’Erich Wolfgang Korngold. Au vingtième siècle, un genre a succédé à la musique de scène et s’est épanoui pleinement : le cinéma, qui aujourd’hui comme hier produit des tubes de toute première qualité. Les points de vue qui déterminent les thèmes de la pièce de Goethe mis en musqiue par Beethoven se reflètent dans des binômes de concepts tels que l’ordre et la liberté, la sécurité et la tranquillité, l’émeute et la terreur. Ils ont été le point de départ de la présente version du texte, qui se base exclusivement sur des citations originales. Celles-ci donnent une vue d’ensemble de la pièce, à l’aide des thèmes génériques. Leur deuxième fonction est de servir de lien entre les morceaux de musique : de même que Goethe souhaitait que la musique reprenne et prolonge les atmosphères et les pensées, la musique est ici reprise par le texte et la prolonge pour ainsi dire jusqu’au morceau suivant. Dans l’ouverture, qui reste encore aujourd’hui la section la plus souvent jouée de cette musique de scène, Beethoven préfigure la Symphonie de victoire du tomber de rideau. Il tend un arc qui part de la domination cruelle des Espagnols, symbolisés pour certains dans les rythmes de sarabande du début de l’Ouverture, jusqu’à un avenir lointain, quelque 80 ans après la pièce de théâtre. Si on en fait une lecture musicale, l’ouverture est une grande forme sonate avec introduction. On peut aussi y voir la symbolisation du combat dans la pièce : la froideur des Espagnols (le rythme de sarabande), la souffrance des Néerlandais (réponse des bois), l’emportement de la révolte (début de la section Allegro), la résistance qui se constitue (partie contenant le thème secondaire, avec le motif de sarabande et le motif de la souffrance réunis dans un la bémol majeur inébranlable). Les musiques d’entracte constituent à chaque fois une transition entre la fin d’un acte et l’acte suivant. Ainsi, par exemple la première musique d’entracte reprend l’atmosphère lyrique de la fin de l’Acte I, puis passe à un Allegro con brio qui s’achève sur une espèce de double point musical, préparant ainsi le récit des iconoclastes.
Déplier tout

Fiche technique

Titre :

EGMONT, INTEGRALE DE LA MUSIQUE DE SCENE OP.84

EAN commerce :

"0760623211169"

Date sortie / parution :
Flags importés : A paraître
Déplier tout

REF : 0760623211169

EGMONT, INTEGRALE DE LA MUSIQUE DE SCENE OP.84 EGMONT, INTEGRALE DE LA MUSIQUE DE SCENE OP.84 Voir les options d'achat