REF : 9782814507333

Nouvelles de l'avenir

Le nom de Joseph Méry (1797 - 1866), célèbre en son temps, est un peu tombé dans l'oubli. On le croise parfois au détour d'études littéraires et... Lire le descriptif

Livre numérique

Prix Cultura
 
4,99 €
Offrir un livre numérique

Offrez
un livre numérique

Vous souhaitez partager votre passion pour la lecture et faire découvrir la lecture numérique par la même occasion ?
Pour cela rien de plus simple !

Cliquez sur « Télécharger » depuis la page de l’ebook de votre choix.
Cochez la case « Offrir ce produit » lors de la validation de votre panier.
Saisissez l’adresse email de la personne à qui vous souhaitez faire ce cadeau. Validez la commande.

Votre proche recevra par email un lien lui permettant de télécharger son/ses ebook(s) et vous recevrez un email de confirmation de votre commande.

Descriptif

Le nom de Joseph Méry (1797 - 1866), célèbre en son temps, est un peu tombé dans l'oubli. On le croise parfois au détour d'études littéraires et quelques éditeurs reprennent parfois ses textes. Si son domaine de prédilection n'est pas la science fiction, - sa polygraphie féconde le rendant inclassable - il a produit quelques textes relevant du genre comme Histoire de ce qui n'est pas arrivé, l'une des premières uchronies de l'histoire ou Les Ruines de Paris plusieurs fois repris dans des anthologies. « Ce qu'on verra », publié tout d'abord sous le titre « Nouvelles de l'avenir » (malgré le pluriel une seule semble être parue) emmène le lecteur en 3845, soit un bond de mille ans dans l'avenir. Joseph Méry utilise l'anticipation avec une visée satirique et humoristique.
Comme Pierre Véron et d'autres, Joseph Méry imagine un centre du monde qui a basculé hors d'Europe, dans lequel les transports et les communications se sont grandement améliorés. L'Afrique et l'Asie ont connu une progression les faisant égales de l'Europe et des États-Unis. Le vocabulaire a connu des simplifications amusantes : par exemple « kil » remplace « kilomètre » car la « vie est trop courte pour nous servir de mots longs » cependant comment le distinguer du « kil » pour « kilogramme » ? Dans ce monde mondialisé, parmi les artistes à succès, qu'ils soient compositeurs, dramaturges ou peintres, se côtoient Européens, Chinois, Indiens ou Africains.
La mode mêle crêpe de Chine et braie gauloise. Parisien on tombe amoureux d'une belle de Valparaiso lors d'une étape à Lima. Le Havre est le faubourg de l'Amérique. De grandes villes comme Lupata en Afrique, véritable paradis urbain, Tombouctou ou Alger rayonnent sur tout le continent. D'antiques vestiges de la civilisation européenne ornent Paris tout comme des statues de Brahma et on y glorifie les noms des Français autant que ceux des étrangers en raison des mérites pour l'humanité et non en fonction de la nationalité d'origine. Les mours ont évolué, le célibat est condamné, le mariage obligatoire et la rivalité amoureuse lourdement sanctionnée.
Ce monde est vertueux. En 3845, l'homme a dompté la nature, transformé la forêt équatoriale en jardins, éradiqué les animaux sauvages pour laisser place à l'humanité. L'irrigation et les vertus de l'électricité assurent la fertilité des terres qui nourrissent une population mondiale très importante. Les espaces vierges sont des espaces de relégation pour les célibataires endurcis. L'humanité perce les montagnes et détourne les fleuves.
Le lit de la Seine a été creusé pour créer Paris port de mer. La musique tient une grande place dans la nouvelle de Joseph Méry. L'avenir a inventé l'opéra sans paroles, bien plus reposant pour l'ouïe et le théâtre sans réplique où seule la musique est parole. De nouveaux instruments sont apparus tel l'érophone « qui est la voix de l'amour ». Les sciences et les techniques ont envahi tous les domaines y compris l'art.
La musique est désormais à vapeur. Les chemins de fer électriques, véritables paquebots des terres dotés de tout le confort moderne, traversent tous les continents, emportant dans leurs voitures couchettes, restaurant, jardin, etc., des milliers de voyageurs. Tout est placé sous le signe de l'immense, de l'incomparable, et de la démesure : un pont relie Alger à Marseille, le port de Marseille accueille trente mille navires électriques, les déserts humains n'existent plus. L'aire urbaine de Paris s'est étendue jusqu'à Rouen et la Seine est une artère irriguant l'immense agglomération.
Elle reste la cité de la culture, du passé glorieux et des plaisirs. Dans « Ce qu'on verra » Joseph Méry s'amuse des hypothèses des archéologues du futur et se moque de l'orgueil de son époque, dans « Les Ruines de Paris », il systématise le procédé.
Déplier tout

Fiche technique

Titre :

Nouvelles de l'avenir

Auteur de Préface :

"Philippe Ethuin"

Auteur :

""

Editeur (Livre) :

""

Collection :

"ArcheoSF"

Date sortie / parution :
EAN commerce :

"9782814507333"

Support (Livre) : Livre numérique
Format Ebook : Multi-format
Déplier tout

REF : 9782814507333